Ronald Martel souhaite l’implication de sang neuf pour le bien de la Ville

Le candidat à la mairie de Lac-Mégantic, Ronald Martel, croit qu’il faut nécessairement que du sang neuf s’implique dans la campagne électorale qui s’annonce pour octobre prochain, à Lac-Mégantic.

«J’invite de nouveaux candidats conseillers à se faire connaître et à s’impliquer avec moi et mon équipe électorale dynamique, en vue des prochaines élections municipales du 5 novembre 2017, à Lac-Mégantic», a lancé M. Martel, qui semble déjà en campagne électorale depuis le 5 septembre.

«Il faut changer la culture politique à Lac-Mégantic, il faut amorcer un virage aussi quant à l’attitude envers les promoteurs, qui ont des projets valables que nous devons faciliter, au lieu de leur mettre du bois dans les roues. Il faut asseoir le développement de Lac-Mégantic sur de nouvelles bases, sur des valeurs de coopération et de collaboration, de bon jugement et d’efficacité, pour que la prospérité économique, avec des résultats probants, résulte de cette opportunité électorale, en cette fin de 2017.»

«Nous n’avons pas besoin d’un retour en arrière que représentent certaines candidatures de membres d’anciens conseils municipaux de Lac-Mégantic, qui perpétueraient des prises de positions qui se sont avérées stériles dans le passé, ni continuer dans le manque de transparence et de dynamisme municipal de l’actuel conseil», a exprimé le candidat.

«Il faut donner un coup de barre majeur vers le bon jugement, le courage, l’honnêteté, la transparence, la concertation régionale et l’efficacité, pour revenir à la santé sociale, le dynamisme collectif et la fierté méganticoise!»

Ronald Martel compte sur une équipe sérieuse, solide, aguerrie et expérimentée pour aller de l’avant et se faire élire. «Je n’ai pas l’intention de faire des promesses, pour découvrir par la suite qu’on ne peut les tenir, pour toutes sortes de raisons auxquelles nous aurions à faire face. Mais je veux assurer les gens de Lac-Mégantic que je vais travailler très fort pour eux et pour ma communauté. Et non pas pour des enrichissements personnels ni pour des considérations extérieures», a conclu M. Martel.